2 jours dans les arbres!

Publié le par notraventurenguyane.over-blog.com

Cette sortie, nous en révions depuis longtemps! Enfin, nous y sommes.

Ce week-end, nous partons à Camp Canopée.

La canopée est l'étage supérieur de la forêt, directement influencé par le rayonnement solaire. Elle est parfois considérée comme un habitat ou un écosystème en tant que tel.

Vous l'avez donc compris, nous allons prendre de la hauteur!

Mais d'abord, il faut rejoindre le camp en pirogue. Pas de chance, il pleut! Mais on va pas faire les difficiles, à la guerre comme à la guerre!

 

canopée 1

 

PC220069

 

 

 

 

 

Et voici notre collection de touques! (pour les non-initiés, une touque est un bidon étanche et qui flotte; très utile ici en guyane, surtout en saison des pluies)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps se calme un peu, et nous profitons du paysage. Le trajet est assez laborieux, car la saison sèche touche à sa fin, et le niveau du fleuve est très bas. Des branches et des rochers affleurent la surface de l'eau par endroit. Heureusement, notre guide connaît ce fleuve par coeur.

 

Camp-Canopee 9306

Camp-Canopee 9308

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, nous arrivons au camp. Il y a deux carbets. Celui dans lequel nous allons prendre nos repas, et l'autre, à 10 mètres de hauteur, où nous dormirons.

 

Le carbet couchage

 

Camp-Canopee 9324  canopée 2

 

Camp-Canopee 9438  canopée 6

 

 

Camp-Canopee 9320

 

 

 

 

 

Avec ses toilettes qui offrent une vue imprenable sur la forêt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le "carbet-restauration"

 

canopée 7

 

Dès notre arrivée, nous avons droit à l'apéro! Puis, Lionel, notre guide, nous explique qu'il va falloir se séparer en deux groupes. L'un fera le parcours dans les arbres cet après-midi, avec une descende de nuit. Pendant ce temps, l'autre groupe fera une balade en forêt. Puis le lendemain matin, on inverse.

Nathanaël est motivé pour la descente de nuit, donc on le laisse faire. Après le repas, une petite sieste, et c'est parti!

Je commence par l'après-midi de Nathanaël.


Le départ du parcours se fait au-dessus du carbet couchage, sur la terrasse, à 15 mètres de haut.

 

P1210018

 

On démarre par une tyrrolienne qui nous ramène au sol, au pied d'un arbre émergent. Un émergent est un arbre qui monte très haut, au-dessus de la canopée.

 

P1210026

 

 

 

 

 

 

Et c'est parti pour mon Loulou!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois en-bas, ben il faut remonter!!!

 

canopée bis 3

 

Mais si ça prend seulement quelques secondes pour descendre, la montée est un peu plus compliquée... mais Nathanaël a toujours le sourire.

 

P1210051

 

canopée bis 1  canopée bis 2

 

Pourtant, là on n'est plus à 15 mètres, mais à 35 mètres!!!!

 

canopée bis 4

 

Puis il faut prendre la passerelle pour rejoindre un autre émergent, un peu loin. C'est sur cette plateforme que le premier groupe va attendre la tombée de la nuit, en silence, pour espérer apercevoir la faune de la canopée.

 

P1210101

 

Malheureusement, personne ne s'est montré ce soir-là. Il fait maintenant nuit noire, et il faut redescendre les 35 mètres, en rappel! Brrrrrrr...

Les derniers conseils de Lionel, et les voilà partis!

 

P1210127

 

Une fois en bas, on remonte (cette fois-ci par un escalier) sur une nouvelle plateforme, et c'est parti pour la dernière tyrrolienne (103 mètres de long) qui va ramener tout le monde sur la terrasse du départ.

Moi qui m'inqiétait beaucoup à l'arrivée pour mon bonhomme, et ben j'aurais pas dû! Car il était super content!

 

Pendant ce temps, nous avons fait une balade en forêt. Comme les 2 petites (Jeanne et Cassandra) sont avec nous, nous ne ferons que la petite balade. Tout de suite, voilà ce que notre guide nous déniche...

 

Camp-Canopee 9343

 

Elle est belle hein! Il s'agit de Théraphosa Leblondi.

C'est la plus grande espèce de mygale découverte à ce jour avec 30 cm d'envergure.

Cette mygale est particulièrement agressive, et sa stridulation met en garde. Si d'aventure, sa stridulation ou son bombardement de soies urticantes n'ont pas suffi à chasser l'intrus, elle n'hésitera pas un instant à faire face et à mordre.

Délivré par des crochets de 2 cm, son venin est neurotoxique mais peu actif sur l'être humain. Néanmoins la taille et la force des crochets provoqueront une forte douleur en cas de morsure.

Vivant en milieu humide, cette araignée creuse son terrier profondément dans le sol ou utilise un terrier abandonné.

Pour la faire sortir, il suffit d'agiter une brindille devant son terrier. Elle pense qu'un animal est là, et hop, la voilà! Par contre, dès qu'elle nous voit bouger, vite, elle rentre se mettre à l'abri.

 

Puis la promenade se poursuit avec quelques grenouilles.

Camp-Canopee 9358

 

canopée ter 1

 

Ici, l'humidité est omniprésente. Les champignons poussent partout.

 

Camp-Canopee 9365

Camp-Canopee 9384

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains sont minuscules, d'autres, plus imposants

 

canopée ter 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

canopée ter 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La forêt est très belle

 

Camp-Canopee 9553

 

canopée ter 3 canopée ter 7

 Des enchevêtrements de racine ou de lianes

 

canopée ter 6  canopée ter 8

Des troncs... bizarres, avec un petit siège, ou ce morceaux de "racine" qui relie 2 contreforts de l'arbre

 

canopée ter 5  canopée ter 2

Le palmier sur la photo de droite est appelé palmier poubelle. Car tout ce qui tombe dans son tronc reste prisonnier de ses épines, et se transforme en humus, qui permet au palmier de se développer.

 

Nous longeons une crique qui va nous ramener au bord du fleuve Kourou.

 

canopée ter 11  canopée ter 12

Là ce sont des centaines d'oeufs de grenouilles!

 

Les enfants vont se baigner un moment dans le fleuve avant de redescendre en pirogue traditionnelle jusqu'au carbet.

 

Camp-Canopee 9402

 

Camp-Canopee 9416

 

Camp-Canopee 9407

 

 

 

 

               Une fourmi?

 

 

 

 

 

 

 

Camp-Canopee 9417

 

Cette petite pirogue, tout en bois, est très instable! Thierry et moi avons plusieurs fois failli nous retrouver à l'eau, surtout à cause des dizaines de fourmis rouges qui se baladaient au fond, prêtes à nous mordre les pieds!

Mais finalement, nous sommes revenus au carbet, sans nous renverser!

 

Cette première journée se termine donc. Après le repas, nous regagnons nos hamacs pour une bonne nuit réparatrice. La suite, au prochain article!

 

 

 

Publié dans Ballades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article