Un week-end au Brésil!

Publié le par notraventurenguyane.over-blog.com

 

Nous avons profité des vacances de Pâques pour faire une escapade au Brésil.

Le Brésil est frontalier avec la guyane, et c'est le fleuve Oyapock qui fait office de frontière. Avant d'arriver en bordure de l'Oyapock, il faut faire 180 km. La route est correcte, du moins pour la première partie, mais la pluie ne nous quiite pas du trajet!

 

Oiapoque 0089

 

Enfin, après 2h30 de route, nous arrivons à Saint Georges de l'Oyapock. C'est là que nous avons rendez-vous avec notre piroguier, Leandro.

 

Oiapoque 0505  Oiapoque 0507

 

Pour aller à Oiapque (prononcer oiapoké), on remonte le fleuve sur quelques kilomètres, on passe sur l'autre rive, et nous voilà au Brésil! La pluie est toujours au rendez-vous...

 

Oiapoque 0527  Oiapoque 0510

 

Nous déposons nos affaires au carbet, et ensuite, il faut aller en ville faire tamponner nos passeports, pour être en règle. Finalement, c'est assez rapide, et nous sommes de retour au carbet assez tôt pour monter les hamacs tant qu'il fait encore jour.

 

Oiapoque 0541

Oiapoque 0542

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même la peluche de Cassandra a son hamac!

 

Oiapoque 0544

 

La nuit fut bonne! A chaque sortie, on dort un peu mieux en hamac.

J'apprécie toujours autant le calme du petit matin.

 

 

Oiapoque 0561  Oiapoque 0565

 

Juste après le petit déjeuner, nous avons rendez-vous avec Leandro qui doit nous amener à Saut Maripa. Ici, un saut est un rapide. Le saut Maripa est le plus connu des sauts de l'oyapock. Il y a 2 kilomètres de rapides sur 14 mètres de dénivelé.

 

Le premier mot qui nous vient lorsqu'on arrive devant le saut: Impressionnant!

 

Oiapoque 0597

Oiapoque 0606

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oiapoque 0615

Oiapoque 0617

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oiapoque 0636

 

A « Piedsaut » se trouve une ancienne voie ferrée qui n'est plus utilisée aujourd'hui. Elle servait dans le temps à transporter le chargement des piroguiers qui passaient le saut à vide sur une centaine de mètres environ. C'est cette voie ferrée que nous allons suivre pour passer à pied de l'autre côté du saut. Leandro nous dépose donc à nouveau côté français et nous voilà partis. Impossible de se perdre, il suffit de suivre la voie ferrée.

 

Oiapoque 0653

 

Oiapoque 0141

 

 

 

 

Les artistes en action!

 

 

 

 

 

 

 

 

Oiapoque 0557

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, nous arrivons de l'autre côté du saut, et nous nous approchons sur les rochers. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a du bouillon!
 Oiapoque 0706

Une pirogue vient de remonter le saut. Elle avait déchargé sa cargaison au pied du saut, des hommes ont amené les affaires un peu plus haut, et rechargé. Le saut est passé! La plupart des pirogues qui passent par là sont les pirogues des orpailleurs qui transportent vivres et matériels jusqu'aux divers sites d'orpaillage.

P4060057
La pause a été de courte durée, car la pluie est arrivée... Nous sommes allés nous mettre à l'abri le temps de l'averse, avant de repartir.
Nous avons fait de jolies rencontres sur le chemin du retour

Un nid de mouches à feu et une jolie chenille trouvée par Eléna

Oiapoque 0659


Oiapoque 0667
 

P4060067
Une iule (un mille pattes géant!) qu'Eléna s'est empressée de prendre sur son bras...


Il y avait aussi plein de morphos, mais... ils sont si beaux, qu'ils ne se laissent pas photographier!
Une fleur avec de magnifiques couleurs

P4060061

Le parcours a été parfois un peu chaotique, mais tout le monde est passé, avec plus ou moins d'appréhension!

P4060059

Nous avons contourné des chablis. Alors pour ceux qui ne connaissent pas, un chablis c'est un arbre, ou un amas d'arbre, de branches ou autres qui barre le chemin. Il faut le contourner, en faisant parfois plusieurs centaines de mètres! Là, quelques mètres nous ont suffit...

Oiapoque 0682

 Oiapoque 0679  Oiapoque 0136

Arrivés à la pirogue, Cassandra a oublié qu'elle avait des baskets et non ses crocs, et elle est allée se rafraichir... Sans commentaire!

P4060070

Puis nous avons repris le chemin du carbet. Il est midi, c'est l'heure d'aller manger! Cette petite marche nous a ouvert l'appétit!
Mais aujourd'hui, nous avons décidé de manger en ville. On nous conseille un restaurant, mais il faut traverser la ville... Tant pis, nous avons envie de BIEN manger!
Nous voilà enfin au restaurant. Il est tard, tout le monde a faim, mais c'est bondé!!! Nous allons demander s'il y a encore de la place, et on nous répond que oui, il faut attendre 2 minutes.
Là, surprise! Le serveur fait lever une table entière de brésiliens, et nous fait signe de venir!!! Oui oui, ils les ont virés pour nous laisser la place!
On s'installe, et nous découvrons le principe des restaurant brésiliens. Il y a un buffet avec des entrées et des accompagnements. Dehors, un monsieur fait griller différents morceaux de viande.

P4060089

Il suffit de lui demander ce qu'on veut, la cuisson, et il nous découpe le morceaux voulu, à la taille voulue.
Une fois servi, il faut aller faire peser son assiette. Et oui, ici, on paye au poids! Nous avons bien très bien mangé, pour seulement 22 euros à 5!!!
Une fois le ventre plein, nous nous promenons un peu dans Oiapoque pour découvrir la ville. Malheureusement, la pluie est au rendez-vous... C'et là que nous nous apercevons qu'il est important de garer sa voiture correctement, c'est à dire entre les gouttières!

P4060105

Un peu plus loin, un vendeur de poisson
P4060103


Il n'est pas venu jusqu'à nous...

Puis nous entrons sur le marché. Que de couleurs! Beaucoup de "jus de fruits" locaux, plein d'épices. C'est très sympa.

P4060106   P4060107

Voilà les taxis brésiliens, qui attentent des clients. Ils ont un casque pour vous et vous emmènent où vous voulez

P4060087

Un peu plus loin, un ouvrier qui pose le faîte d'une toiture, sous la pluie... On dirait une parabole, mais non, c'est son parapluie, dessous, il travaille!

P4060110

Sur le chemin du retour au carbet, nous pouvons admirer les couleurs très chaudes des maisons brésiliennes. Ca "pète" un peu, mais c'est joli.

Maisons.jpg

Après une petite sieste bien méritée, les enfants n'ont qu'une envie: aller se baigner dans l'Oyapock. Il fait pas super beau, donc c'est un peu froid, mais ils sont heureux!

Oiapoque 0733
Oiapoque 0739
Oiapoque 0749
 
Oiapoque 0766  Oiapoque 0773

Le soir venu, nous nous sommes régalés au restaurant du carbet. De la bonne viande! Hummmm que c'était bon!

Le lendemain matin, il est déjà temps de tout ranger. Mais il faut encore aller faire tamponner nos passeports, sinon, nous sommes officiellement toujours au Brésil! Et alors là, ça va être long, très long!!! D'abord, on attend que le policier sorte pour prendre nos passeports: 50 minutes!
Les enfants (et les grands) tuent le temps comme ils peuvent...

P4070146

Et enfin, après encore une bonne demie-heure d'attente, nous récupérons nos passeports, tamponnés! Ca, c'est fait!
Pendant que les hommes et les enfants rentrent au carbet démonter les hamacs, Béné et moi partons faire les dernières emplettes.

Enfin, un pique-nique sur la plage, et Leandro vient nous chercher. Au revoir le Brésil!

Les dernières photos de la ville depuis le fleuve

Un bel hôtel                                   les égouts se déversent aussi dans le fleuve

Oiapoque 0801                Oiapoque 0796

Ici, c'est un ancien centre commercial. Il ne marchait pas très bien, et il a été trasformé en église. Depuis, ça marche beaucoup mieux!!!

Oiapoque 0798

Et voilà LE pont. Celui qui devait relier la France au Brésil. Il est très beau, mais il n'est pas ouvert! Pourquoi? Parce que si tout est prévu côté français au niveau de la frontière, il n'y a rien du tout côté brésilien... Notre piroguier nous a parlé de 2014 pour son ouverture, mais rien de sûr...

Oiapoque 0790
Oiapoque 0807  Oiapoque 0809
Et voilà, les vacances sont finies. Encore 2 heures et demie de route, et nous serons chez nous.

Oiapoque 0732
D'autres photos dans l'album "Oiapoque".

Publié dans Ballades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> dommage que ça soit si loin car tu nous donne vraiment envie d'y aller.Merci encore une fois pour tes reportages qui nous paraissent toujours trop court....<br />
Répondre
N
<br /> <br /> Merci! Gros bisous à tous les deux.<br /> <br /> <br /> <br />